mackenzie nightingal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

mackenzie nightingal

Message par Rosanna Tennant le Mer 11 Jan - 17:20

Mackenzie Nightingal
- When a girl is silent, it's pretty dangerous -

Nom: Nightingal. Un nom de famille qui rappelle le Rossignol. Cet oiseau qu'on entend plus qu'on ne le voit ! C'est un nom assez poétique qu'elle affectionne beaucoup même s'il ne dégage pas tout de suite une force de caractère potentiellement cachée.  

Prénom(s): Mackenzie mais il est préférable de l'appeler Kenzie tout simplement. Elle n'utilise que très rarement son prénom au complet de toute façon et il ne viendra jamais à l'esprit de quelqu'un qui la connaîtrait bien d'en faire usage également.  

Nature du Sang: C'est un sujet qui fâche car c'est une née-moldue. Elle est particulièrement fière d'être une sorcière et elle ne comprend absolument pas que la jalousie des humains puissent pousser des gens à se montrer si exclusif vis-à-vis d'un don qu'ils ont la chance de partager. On se croirait retourner à la vieille époque, le centenaire précédent avec les nobles au sang bleu et les paysans crasseux...  

Date & Lieu de naissance: En 1967. Un jour comme un autre, un mois où il faisait encore bon vivre. Les détails, les précisions ne paraissent pas toujours nécessaire au yeux de la sorcière. Sa ville natale, elle s'en souvient. C'était Édimbourg, en Ecosse.  

Statut Matrimonial: Inexistant ? Après tout, elle n'est pas censée exister...  

Profession: Elle ne bosse pas vraiment, c’est une chômeuse… ou presque en fait . Elle se contente de rendre des services qu’elle fait évidemment payer. Souvent auprès des moldus évidemment… Elle n’a pas de définitions précises d’un service tant que ça rentre dans ses cordes.

Ancienne Maison: Elle n’appartient à aucune maison de Poudlard où elle n’a jamais étudié. Elle a débuté sa scolarité sorcière à Beauxbâtons.

Patronus: Un Quokka qui est un petit marsupial australien qui a toujours un sourire d’affiché au coin des lèvres.

Epouvantard: Rien de bien magique. Une invention humaine un peu étrange et censée faire rire : un Clown . C’est flippant et ça ne l’a jamais fait rire une seule fois.  

Baguette Magique: Anciennement en bois de peuplier , d’environ 29,5 cm , assez souple et possédant un ventricule de Dragon mais tout cela n’est qu’un lointain souvenir…

Animal de Compagnie: Elle n’en possède pas vraiment mais elle a créé un étrange lien avec une petite chauve-souris. Elle l’a appelé Vesper parce qu’elle a cherché et a finalement trouvé dans un bouquin que certaines races de cet animal étaient des Vespertilions. Elle l’a reconnaît grâce à la forme de ses tâches et à une cicatrice, pas loin d’une des ailes. C’est Kenzie qui l’a soignée.

Particularité(s): Non. C'est déjà amplement suffisant d'être née-moldue.

Qualités & Défauts: Sincère voire franche quitte à en oublier d’être diplomate sur le moment et s’en mordre les doigts ensuite + Ouverte d’esprit, elle évite de critiquer les choix des autres tant que cela ne blesse personne + débrouillarde et souvent indépendante, elle essaye souvent de faire les choses par elle-même plutôt que de demander de l’aide  + persévérante quitte à paraître excessivement bornée quand elle ne parvient pas à l’objectif qu’elle s’est fixé. Vaut mieux pas jouer à un jeu qui peut durer des heures parce que si elle est partie dans l’optique de gagner et qu’elle perd sans arrêt... + curieuse, elle aime apprendre tout ce qu’elle peut emmagasiner dans sa tête mais elle est souvent bien plus manuelle et sportive  qu’intellectuelle + une catastrophe en potions, elle pourrait empoisonner quelqu’un en tentant de faire un remède. D’ailleurs elle est toute aussi nulle en cuisine  +  déteste se plier aux règles, surtout quand elle ne les trouve pas justes + fière… elle a tendance à l’être quand elle réussit quelque chose et c’est aussi une des raisons qui la pousse souvent à ne pas baisser les bras  + protectrice et loyale envers les autres +sensible, elle est facilement touchée, émue avec les enfants et les animaux. Beaucoup plus bridée avec les adultes, voire à l'inverse insensible  + peut s’emporter si elle s’est levée du pied gauche mais à tendance à maîtriser sa colère en surface + têtue, quand elle a une idée en tête c’est délicat de l’y déloger + parfois capricieuse… mais ça reste ponctuel + légèrement imprudente sur certains points : peut se blesser toute seule sans s’en rendre compte  

Groupe: Insurgent

Prénom / Pseudo: Aliyanna Âge: 27 ans Pays / Région: France Présence: 4 voire 5 / 7j Avatar: Kaya Scodelario Personnage: inventé (x) scénario () Comment as-tu connu le forum ?: PRD Crédits:  Avatar par Shiya Un dernier mot: répondez ici


Quel est votre sentiment quant aux conflits civils actuels ? (Pensez-vous qu'il s'agisse d'un mal pour un bien, que c'était inévitable, êtes-vous plutôt actif ou passif, etc?)

Il est évident de par son sang qu’elle ne peut pas être en accord avec ce qu’il s’est passé depuis quelques temps, à moins d’être prodigieusement masochiste. Les choses changent lentement mais à savoir si ce sera en pire ou en mieux. Elle aimerait rester positive là-dessus mais elle est plutôt réaliste : une crise comme ça ne se termine pas du jour au lendemain. On sait pertinemment que les mémoires de ceux qui ont vécus cette période, même si le conflit -quel faible mot- était définitivement clos, sont comme des éponges et ne se reconstruisent pas de sitôt. On ne répare pas les morts et les actes. Après, il faut parfois faire des choix : soit se défendre, se battre, soit rester dans l’ombre et savoir courber l’échine. Être une née-moldue lui laisse le choix de renoncer à être une sorcière et elle n’aime guère qu’on lui impose des choix cependant il lui aura fallu un peu de temps avant de pouvoir se dire active… Rivaliser avec des sorciers, c’est une question de temps, on finit par y laisser sa vie ou bien son âme. Il est évident que les civils ne sont pas en harmonie actuellement. La crise est loin d’être derrière eux.

Êtes-vous plutôt inquiet ou soulagé de la mort de Voldemort et de la ministre de la magie ? Que pensez-vous de la montée fulgurante de l'Ordre du Phénix et des dommages collatéraux qui s'opèrent ?

Faire tomber les leaders, ce n’est pas toujours très efficace. Il finit toujours par y avoir quelqu’un pour prendre la relève. Kenzie n’est ni soulagée, ni réellement inquiète bien sûr. Elle aurait plutôt envie de hausser les épaules. Oui cela fait des ennemis de moins dont il faut se charger et pas des moindres niveau puissance mais difficile de se dire que cela va résoudre le problème. En fait, Kenzie pense qu’il faut plutôt se charger des sujets car sans de loyaux serviteurs, des gens qui suivent pour beaucoup aveuglément, il ne resterait plus grand chose. Sauf que c’est tellement facile à dire. Il y a tellement de convaincus. Quant à l’Ordre, qu’en penser… ? Ils ont le mérite de se battre certes mais c’est tout un groupe et, elle n’aime pas l’idée d’une masse pensante. Une tête et des pions. Quand on voit les dégâts que cela peut occasionner… même si à ce sujet, elle n’est sans doute pas la mieux placée pour parler.

La Main Noire a appauvri une large partie de la population magique... En avez-vous fait les frais, vous-même? Fréquentez-vous le marché parallèle pour subsister malgré tout ? Que pensez-vous de leurs pleins pouvoirs sur une partie du monde magique à présent ?

Kenzie n’en a pas tellement fait les frais au départ car elle ne résidait pas au Royaume-Uni et ne possède évidemment pas de commerce dans le monde magique puisqu’elle est censée ne pas en faire partie. Les mangemorts sont déjà un problème suffisamment encombrant pour devoir supporter en plus une mafia peu scrupuleuse. C’est depuis son arrivée en Angleterre que la jeune femme a appris l’existence de ces profiteurs et elle trouve honteux qu’ils profitent de la crise pour faire main basse sur les plus pauvres. Oh les mieux adaptés dans la communauté magique auront de quoi payer mais les autres… devront sombrer un peu plus dans le malheur. Les sangs-mêlés et les sang purs les moins chanceux vont avoir du mal à subsister à leurs besoins avec de maigres économies. C’est ce qui peut pousser une population dans ses travers les plus sombres même si certains prétendent qu’il s’agit d’un mal comme un autre et que les gouvernements ne font souvent pas mieux. Sauf qu’un état ne lapide pas quelqu’un qui ne peut pas payer ou de menaces. Voilà des têtes que la Rossignol aimerait bien voir tomber, en plus de celles des mangemorts. Pour survivre, on fraude comme on peut… il faut seulement espérer ne pas se faire prendre. Kenzie rend des services contre quelques sous ou contre quelque chose qui puisse avoir une bonne valeur tant que cela ne lui rapporte pas d'ennuis...

Si vous n'aviez qu'un rêve à concrétiser, quel serait ce rêve ?

Kenzie aimerait pouvoir être libre de hurler qu’elle est une sorcière ET une née-moldue sans avoir à se retrouver avec 10 mangemorts au fesses ! S’assumer pleinement sans craindre la moindre représailles devrait être parfaitement normal mais ce simple droit leur est refusé. On va jusqu’à nier leur place dans le monde de la magie, refusant ce que la nature leur a donné. C’est une profonde injustice qui ne mérite pas d’être. Pour Kenzie, il est évident que son rêve premier est de recouvrer sa totale liberté d’agir, d’être.  Enfin, elle ne possède évidemment pas qu’un seul rêve mais celui-ci prime, les autres sont de l’ordre de sa vie personnelle et elle ne compte pas les clamer à haute voix. Et puis, en y réfléchissant bien, vivre toute sa vie cachée ou en renonçant à une partie d’elle, c’est tout bonnement impensable pour elle.


Veuillez choisir l'un des deux sujet ci-dessous, tel que l'a vécu votre personnage. Nous souhaiterions un paragraphe de minimum 15 lignes.

1. À la rentrée de 1981, la grande purge frappa. Les uns et les autres vaquaient à leurs occupations habituelles. Puis, tout le monde magique sombra dans le chaos. Où étiez-vous ?

Kenzie a toujours aimé l’Angleterre et ses coutumes. Elle a toujours admiré le merveilleux château de Poudlard et même si elle n’a jamais rien eu à redire sur son Académie, elle aurait bien aimé restée en Ecosse et faire ses études au Royaume-Uni. Pour le style. On se fait une image différente d’un monde quand on ne le côtoie pas et puis cette histoire de maisons … elle aimerait tellement savoir à quelle table elle se serait assise. Elle habitait chez Lachlan, son frère, quand elle a fait sa rentrée. Ils ne l’ont pas su aussitôt mais le soir des murmures parcouraient les tablées et tout le monde se regardait. Elle ne se souvient plus vraiment de la réaction qu’elle a eu mais elle a vaguement espéré que tout cela ne soit qu’un incident qui sera vite contenu, maîtrisé. Elle a gardé le silence pour tous ses jeunes camarades anglais qui n’ont pas eu la chance de survivre. C’était révoltant de se dire qu’ils avaient payés de leur vie, pour avoir été eux-même. Combien de parents ont dû maudire les sorciers à cause de ce massacre ? Combien de familles détruites ? Quatorze ans et le monde s’effondre autour de vous. Des nuits à pleurer en songeant à ces jeunes de 11 ans qui venaient tout juste de recevoir une lettre qui allait changer leur vie. Ils étaient trop jeunes, ils n’avaient encore rien vécu et ne vivraient rien.  Une semaine plus tard, la main courant sur le papier, rapidement attaché à un hibou par la suite, elle envoie des nouvelles à son frère et lui en demande également. Les choses dégénèrent bientôt en France aussi. Des mangemorts font leur apparitions. Des amis vous trahissent mais les choses sont plus lentes à se propager dans les autres pays car tout est né en Angleterre. Les Français ont l’âme de résistants. Beaucoup protestent et pendant un temps, ils arrivent à tenir tête. L’appartement est vide, Lachlan a disparu et elle ne sait pas où. Elle ne reçoit plus de missives. Plus de nouvelles. Elle est seule ou c'est ce qu'elle croit à ce moment là et le monde s’écroule autour d’elle. Se tourner vers sa famille lui semble impossible. Elle peut heureusement compter sur Clyde, un autre de ses frères, qui la rejoint et qui fait beaucoup de chemin avec elle. Lui aussi, suit les nouvelles du monde sorcier, en leur demandant souvent des nouvelles. Il n'en est pas un mais il n'a jamais éprouvé de jalousie. Ensemble, ils ont inscrits les noms de toutes les victimes dont ils ont entendus parler. Un carnet : devoir de mémoire. Chaque fois, qu'ils commencent à perdre espoir, ils relisent tous ces noms.

CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.
avatar
Rosanna Tennant
Ange
Ange

Messages : 131
Date d'inscription : 28/05/2014

http://brave-new-world.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: mackenzie nightingal

Message par Rosanna Tennant le Mer 11 Jan - 17:21

You make me wanna die
- I'll never be good enough -
Mon Histoire

Spoiler:
Ici, rédigez l'histoire de votre personnage. Nous vous demandons un minimum de 800 mots. De la façon dont il vous plaira (RP, extrait de journal, etc...) présentez-nous toutes les facettes de votre personnage. Son caractère, ses qualités et ses défauts, sa place dans le monde magique actuel, les évènements importants qui ont marqué son existence... Bref, n'hésitez pas à fournir de multiples détails, à enrichir votre personnage pour le rendre plus complexe et plus intéressant! Bon courage!

Toute ressemblance avec des personnes ou des événements existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence.

Des bruits de pas qui claquent sur les dalles, résonnent contre les parois. Le lieu est presque vide mais l’écho est assourdissant et on a presque la désagréable impression de se sentir surveillé. C’est l’architecture qui donne cette sensation ou peut-être est-ce tout simplement la nature du lieu qui affecte le ressenti. On a envie de se faire discret mais c’est sans ralentir sa démarche qu’avance la femme au milieu de l’allée avant de s’arrêter brusquement. Elle fait tomber sa capuche sur ses épaules par respect des convenances et ses cheveux bruns tombent en cascade sur ses épaules. Elle a l’air fatiguée, les traits tirés et le regard las. Elle reste plantée ainsi à observer ce qui se trouve devant elle comme si elle attend une réponse, qu’elle n’obtient évidemment pas. Son soupir en dit long sur la pression qu’elle relâche et elle baisse finalement les yeux sur ses mains qu’elle regarde. Elles tremblent alors elle serre les poings jusqu’à s’en faire blanchir les articulations. Elle est pâle et relativement maigre, à la limite de la bonne santé. Dans sa tête, ses pensées se bousculent et elle se demande si elle a fait le bon choix.  Lachlan aurait sans doute honte de voir sa soeur dans cette état mais il n’est pas là pour veiller sur elle.  Voilà bien longtemps qu’il ne garde plus un oeil sur elle. Elle ne sait même pas s’il est encore en vie… La famille s’est disloquée depuis déjà un bout de temps. Quand leurs parents ont découvert que leur fils aîné était un sorcier, ils ont pris peur et n’ont pas su comment accepter cette nouvelle qui bouleversait leur vie. Progressivement, ils s’étaient mis à le tenir volontairement à l’écart de ses frères et soeurs mais se voyaient mal le mettre à la porte alors que ce n’était qu’un jeune adolescent. Sa propre famille avait déjà un comportement de rejet alors qu’ils avaient le même sang, le même nom, des gènes communs !  Petite, elle avait déjà très mal pris le fait que son frère soit obligé de s’éloigner d’elle pour ne pas -qui sait- la contaminer, l’influencer ? Le terme exact lui échappe complètement. L’idée lui est impensable. Une famille est censée restée unie mais à partir de là, ils ne l’ont plus jamais été. Ils ont tellement priés pour que leurs autres enfants soient normaux ! Le mot est choquant mais c’est celui dont elle se souvient : elle n’avait que 6 ans. Son autre frère Clyde devint vite le petit chouchou quand ils constatèrent qu’il échappait à la sinistre malédiction que semble être de naître sorcier chez les Nightingal.

Son père ne l’a plus jamais regardé de la même façon quand il a su qu’elle serait comme leur aîné. La sorcière signe en murmurant des mots qu’aucune oreille indiscrète, à moins d’avoir une ouïe extra-fine, ne pourrait entendre. Le plus dur pour elle n’a jamais été d’être une déception pour ses parents, ses frères aînés l’ont toujours aimés malgré tout. Le plus dur, c’est de se souvenir de la douleur dans les yeux de Moïra, sa jumelle. Elle ne se ressemble pas du tout : l’une est brune, l’autre blonde. L’une a toujours été extrêmement féminine, l’autre avait tout l’air d’un garçon manqué et pourtant elles étaient toujours mains dans la main, à partager les mêmes jeux et avant, des rêves en commun. Moïra ne lui parlait quasiment plus par la suite.  Elles ne se sont pas revues depuis dix ans. Depuis que Lachlan a pris la décision de s’occuper de sa soeur, vu que comme lui, elle est née avec de la magie au creux des reins. La décision n’a pas posé le moindre souci à ses parents mais elle, elle a toujours eu un regret : elle n’aura jamais vu grandir Blaine. Le plus jeune de tous. Il doit avoir 18 ans à ce jour… Elle ne sait même pas à quoi il ressemble et s’il est sorcier ou non.

Mackenzie - ce prénom en entier est une torture- s’anime de nouveau, lentement elle se tourne vers sa gauche et fait quelque pas jusqu’à un espace dans lequel elle entre et s’assoit. Elle attend là un petit moment, songeant à ce qui a pu la mener ici. Elle ne sait pas en fin de compte car elle n’est même pas certaine d’y trouver une réponse. Elle sursaute quand elle entend du bruit. C’est le moment de raconter mais elle sait bien qu’on ne peut pas dire tout. Elle est de retour au Royaume-Uni, pas en Ecosse mais de toute façon, elle n’y a jamais vraiment grandi. Sa famille a vite déménagée en France. Elle parle parfois mieux le français que l’anglais d’ailleurs. Elle se tord les mains à l’abri des regards. “ Pardonnez-moi mon père car j’ai pêché… “ et pas qu’une fois pense-t-elle même si elle se garde bien de le dire. La machine est lancée, il ne reste plus qu’à choisir ses mots avec parcimonie. Elle n’en a pas l’habitude, elle qui parle souvent sans songer aux conséquences que cela peut avoir sur les autres, sur leur ressenti. Elle n’a pas la possibilité de consulter un psy mais un curé… ça c’est dans ses cordes. Après tout, ses parents l’ont baptisée alors elle est censée être chrétienne. En réalité, elle ne sait pas si elle peut réellement croire en l’existence d’un être au dessus des autres. Elle est juste perdue et elle sait que les religieux ne sont pas censé faire part de ce qu’on leur confesse à moins que cela ne dépasse un certain entendement sans doute. “ … Je ne sais pas si je n’ai pas perdu mon âme. “ Et ça ce n’est pas entièrement faux. Elle veut dire par là, qu’elle n’est plus aussi innocente qu’avant. Enfin cela dépend pour quoi. Elle a juste l’impression d’avoir chuté d’un côté de la balance. “ J’ai perdu pas mal de personnes ces derniers temps. Cela m’a profondément marquée. Je n’ai rien pu faire. La seule solution que j’ai trouvé, c’est de m’éloigner mais ils ont cru que je les abandonnais et je les ai tous perdus. Tous !” Des amis, des sorciers, opposés à ce qu’il se passait quand les nés-moldus ont fini par être rejetés de la communauté sorcière. Quand tout cela a atteint le coeur des français, ces révolutionnaires dans l’âme et elle qui leur tourne le dos. Elle aimerait dire qu’elle a été forcée de partir mais ils n’auraient pas compris : eux sont morts pour leurs idées. “Je m’étais préparée à aller les rejoindre mais je suis tombée sur un de mes anciens camarades. De la même année que moi, un vieil ami… qui a trahi ma confiance. Je n’arrive pas à pardonner mon père, c’est au delà de mes forces…” et surtout elle n’en a aucune envie. Nathan a brisé leur amitié. C’est vrai qu’ils ont eu beaucoup de peine à se comprendre, à ne plus se quereller mais ils étaient devenus proches. Elle n’a pas compris ce qu’il s’est passé cette fois là. Il a toujours été meilleur duelliste qu’elle. La rapidité était son fort malgré le fait qu’elle soit une très bonne élève en ce qui concerne les sorts. Il n’a eu aucun mal à la désarmer, elle se rappelle son étonnement et lui avoir demandé ce qu’il faisait. Elle a entendu le craquement d’un bois qu’on plie et qui se fend en deux. Ce n’est pas seulement la baguette qui a été brisé cette fois là au point qu’elle n’a pas su montrer la moindre émotion quand il lui a dit que tout était fini, qu’elle n’avait plus rien à faire ici, qu’il lui a crié de partir. Et elle est partie la rage au coeur mais en se promettant que ce n’était que partie remise. C’est lui, c’est cette confrontation qui a fait d’elle celle qu’elle est aujourd’hui. Une exilée… Elle a voyagé, souvent. Il lui est arrivé, il lui arrive encore de dormir dehors.  Elle s’est entraînée pendant tout ce temps. Cela lui a pris des années mais elle a finit par faire son bout de chemin. Aujourd’hui, elle est venue faire son trou en Angleterre. Elle sait que ce n’est pas le meilleur coin pour ça mais c’est là qu’elle a entendu parler de Nathan pour la dernière fois. Elle cherche sa trace et son chemin est semé d’embûches. “Je vis de rancoeur et d'amertumes depuis. J'ai fait du mal... J'ai blessé pas mal de personnes pour le retrouver. Je n'ai pas été très clémente et je ne pense pas que je puisse l'être si je tombe sur lui. J'ai ..." Elle s'arrête. Kenzie ne ferait aucun mal à un enfant, ni à un animal. Ils sont le bouton stop qui lui rappelle qu'elle est humaine. Elle, elle voulait travailler dans un hôpital sorcier dans le service "pédiatrie". En France à la base.

Beaucoup de sorciers l'ont beaucoup déçue. Elle sait que le monde est versatile et que les masses s'influencent énormément mais de là à haïr entièrement les nés-moldus ... Elle a l'impression de mieux comprendre la Seconde Guerre Mondiale. Elle en a beaucoup entendu parler en France. "J'ai peur de sombrer, de ne pas faire mieux qu'eux et m'abaisser au même niveau. En fait, je crois qu'il est déjà un peu trop tard mon père... " Elle grimace, elle a failli craché le morceau et des sueurs froides coulent le long de son échine. Elle a du sang-pur sur les mains. Petite, Kenzie a souvent été dans les pattes de son père, à vouloir qu'il lui apprenne pleins de trucs. Toujours en compagnie de ses frères quand Moïra se collait aux jupons de leur mère. Elle a toujours suivi les gars. Elle a même appris à chasser avec eux. A tenir une arme... mais n'a jamais pu tuer un animal. Elle baissait toujours son arme avant. Pourtant elle battait toujours Lachlan quand ils s'amusaient à dégommer des boîtes de conserve. Elle n'a pas passé tout ce temps à voyager sans rien faire. Elle a appris à se défendre sans une baguette magique sous la main. Après tout, elle est une née-moldue. Alors oui, il existe des lois et si elle ne tombe pas sous celles des sorciers, ils restent celles des moldus mais les temps sont à la guerre. Elle en a suffisamment dit. Elle n'a rien d'une grande bavarde. C'est assez pour la soulager d'un poids. Elle écoute vaguement ce qu'il lui donne comme "réponse". Comment peut-on effacer, ou réparer, ce qui est déjà fait... " Merci mon père, je tâcherais de me rappeler la bonne voie."

Retrouver Nathan d'abord. Aider les plus souffrants. S'occuper des autres, faire face quoi ... tant qu'elle sera encore en vie.

CE MESSAGE EST PARFAITEMENT APPROUVÉ PAR LE MINISTÈRE DE LA MAGIE.
avatar
Rosanna Tennant
Ange
Ange

Messages : 131
Date d'inscription : 28/05/2014

http://brave-new-world.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum